Quelques aspects techniques ...

 

Je souhaitais développer quelques aspects techniques de l'entomologie en général et lié aux Charaxes en particulier. Si certaines techniques sont parfaitement expliquées dans d'autres sites, un lien vous permettra d'être redirigé sur le site concerné.

 

1- Technique matériel captures et stockage sur site (en milieu naturel)

Pour les Charaxes, le piège est incontournable si l'on veut une large variété d'espèce ainsi que des femelles.

Le piège à Charaxes est un piège attractif à papillons de jour, Ce type de piège sélectif est utilisé pour la capture de Nymphalidae, et spécialement des Charaxinae, qui sont très sensibles aux appâts, ainsi que d’autres groupes comme certains Satyridae.

Il consiste en un cylindre de tulle de 25 cm de diamètre et 65 cm de hauteur avec en bas un plateau suspendu qui présente un appât dans une coupelle fixée au centre. Le piège lui-même est accroché, généralement en hauteur dans un arbre, avec une cordelette.  Le papillon pénètre en se glissant dans l’espace entre le plateau et le cylindre de tulle pour aller consommer l’appât. En repartant, le réflexe du lépidoptère est d’aller vers le haut et il ne retrouve plus la sortie. 
En terme d’appât, on peut employer de la banane fermentée avec de l’alcool (bière, rhum ou vin de palme) ou, en Afrique, des excréments de carnassier comme ceux de chien. En Guyane, les pièges appâtés avec des excréments ou des chairs en décomposition sont peu efficaces.

Les pièges à Charaxes nécessitent un suivi quotidien (voire plusieurs fois par jour) pour que les papillons ne s’abîment pas. De plus, il existe toujours un risque qu’ils s’échappent si l’espace entre le cylindre de tulle et le plateau de l’appât est trop important. 
Lors de la relève, le piège doit être descendu doucement, les papillons sont ensuite assommés d’une pression sur le thorax et sortis par l’ouverture velcro. L’appât est renouvelé régulièrement (2-3 jours).

Ce type de piège doit être placé en hauteur dans des endroits bien éclairés si l'on cible les Nymphalidae, et proche du sol en sous-bois pour les Satyridae. Un temps chaud et sec augmente leur attractivité (Henning, 1988). En Afrique, les Nymphalidae attirés par ce type de pièges sont plus fréquents en fin de saison des pluies et pendant la première moitié de saison sèche. En Guyane, la période la plus propice semble être la fin de saison sèche et le début de saison des pluies.

Les  inconvénients de cette méthode résident dans le coût de fabrication du piège, et dans la nécessité d’un suivi quotidien.

Je vous propose un site qui permet une explication détaillée et bien faite :

http://insectafgseag.myspecies.info/node/26

 

3- Étalage, conservation, et stockage de collections :

 

http://www.galerie-insecte.org/fichiers/lepidoptera/Methodeetalagepapillon.pdf

La confection de papillottes :

http://www.ornithoptera.net/guide/prepa.html

http://www.ornithoptera.net/guide/gtue.html

Egalement à visiter pour la prépration des lépidoptères :

http://www7.inra.fr/opie-insectes/pdf/i93perron.pdf

http://www.bio-creation.com/papillons/etalage/etalage.htm

http://papillonsdugabon.jeanlou.fr/page44/page44.html

 

4- Les biotopes :

Cette liste n'est pas exhaustive, mais est la pour mieux situé les différents biotopes des Charaxinae. Quelques liens vous renverrons sur d'autres sites pour plus d'explications.

Tout d'abord : deux types de forêts bien distincts qui s'opposent :

    - Forêt primaire. La forêt primaires est plus couramment appelée forêt vierge, c'est une forêt intacte ou originelle avec un haut degré de naturalité qui n'a donc jamais été ni exploitée, ni fragmentée par l'homme.

    - Forêt secondaire : La forêt secondaire par opposition à la forêt primaire, est une forêt qui a repoussé, de manière spontanée et naturelle, en une ou plusieurs phases après avoir été détruite (Par exemple par l'agriculture, par brûlis ou encore exploitée par l'homme par des coupes rases). 

Ensuite quelques types de forêts qui abritent les Charaxes.

- Forêt dense humide, dite aussi ombrophile, sempervirente et qui s'apparente également aux forêts tropicales. Les forêts tropicales ont une canopée normalement dense et jointive (les branches et le feuillage formant le houppier des arbres s'y emboîtent pour donner une ombre étendue et presque continue). Pour exemple : la forêt de Nzerekore (Guinée). 

- Forêts dense de montagne. Pour exemple la forêt de Nyungwe (Rwanda).

- Forêt dense sèche égale s'apparente également aux forêts claires . Pour exemple les forêts du Fouta D'jalon (Guinée). Dans forêt claire, les rayons du soleil peuvent pénétrer entre les arbres.

- Forêt de bambous.

- Galeries Forestières (Forêt dense fermée qui accompagne généralement les cours d'eau dans les régions de savanes.)

- Savane boisée ou encore appelée forêt claires, dans une forêt claire, les rayons du soleil peuvent pénétrer entre les arbres. Cet habitat est caractérisé par la présence d'arbres à feuillages caduques associés à des buissons épars et à un tapis de graminées. On y inclut les forêts à Brachystegia et à Mopane.

- Savane arborée : les arbres et arbustes sont disséminés sur le tapis graminéen. La hauteur des arbres se situe entre 8 et 12 m pour une densité de couvert de 25 à 35 %.

- Savane arbustive dont il n'existe que des arbustes presque sans arbres.

- Savane herbeuse : les arbres et arbustes sont quasiment absent, juste de grande étendues herbeuses (tapis graminéen).

 

5- Quelques adresses permettant de mieux comprendre les différents biotopes naturels :

en R.D.C. : http://www.br.fgov.be/research/COLLECTIONS/HERBARIUMS/SP/katanga_milieux.html

http://www.memoireonline.com/03/11/4373/m_La-protection-de-lecosysteme-forestier-congolais-cas-de-la-reserve-naturelle-dItombwe6.html

en Guinée : http://bch-cbd.naturalsciences.be/guinee/implementation/documents/spadb/vol1/chap1.htm

 

6- Captures, conservations après capture et déontologie :

http://insectafgseag.myspecies.info/content/d%C3%A9ontologie-pr%C3%A9l%C3%A8vements-menaces-et-conservation

http://www.mrn.gouv.qc.ca/forets/fimaq/collections/fimaq-collections-insectes-conservation.jsp

 

7- Les génitalia :

http://guillermet.chez.com/genitalia.html

http://www.ville-ge.ch/mhng/pdf/papillon_genitalia.pdf

 

8- Quelques indications pour des prélèvement ADN en photos :

Le seul conseil intéressant est de savoir que plus l'échantillon est frais et bien conservé, plus vous avez de chance que l'analyse fonctionne bien. Bien que cela fonctionne bien sur des exemplaires sec, le résultat à encore plus de chance d'aboutir sur des échantillons frais conservé dans de l'alcool.

L'échantillon consiste à prélever du muscle sur une patte du spécimens, et donc prendre une pattes et la conditionner dans de l'alcool. Ne pas contaminer l'échantillon avec son propre ADN.

- Je désinfecte la pince avec un briquet.

- Je remplissage avec de l'alcool.

- Je sélectione un spécimen et lui enlève une patte.

- Je place celle-ci dans un tube.

- Je remet le tube à sa place (bien définie) et il ne reste plus qu'a encoder les données avant d'expédier la ou les boites de tubes.

 

Lien utile : http://www.boldsystems.org/